Ma recherche personnelle est constituée essentiellement d’images à la fois fixes et en mouvement.

Ce qui m’intéresse dans la photographie et le film, ce sont les multiples passerelles pour établir simultanément un rapport entre documentaire et subjectivité. Je mène depuis trois ans un travail riche en expérimentations diverses qui se concrétise aujourd’hui par un regard sur le paysage urbain et périurbain. Pour moi la photographie et le film ne peuvent  se défaire de son objet,  c’est-à-dire d’une confrontation entre la réalité du terrain et l’interprétation et le regard qui se posent sur elle.  La question principale qui traverse mon travail vidéo et photographique consiste à se demander :  

Comment habitons-nous l’espace ?

La réponse est dans ces espace creusé dans le silence où demeure un vide angoissant. Ces photographies silencieuses, nous amènent inexorablement dans un certain mutisme.Les paysages que je photographie sont fixés dans le temps, comme une impossibilité de mouvement dans l’image où le paysage devient scène.  Je retranscris ces paysages avec une vision poétique, un peu triste dont la tonalité des couleurs rappelle la peinture, ces choix plastiques donnent une ambiance, par le cadrage les architectures deviennent des décors. Aujourd’hui je m’intéresse aussi à l’édition, en fabriquant des objets éditoriaux dont textes et images amènent à des microfictions.